Comment recharger une batterie?

Charge de batterie, comment charger une batterie, correctement?

This post is also available in: English हिन्दी हिन्दी Punjabi 日本語 Indonesia العربية

Charge de batterie, la bonne façon!

 A battery is an electrochemical device which stores energy in a chemically bonded structure and releases the energy in the form of electrons resulting from the battery’s chemical discharge reactions. Battery charging provides the electrons to reform the chemical bonds which are stored in the battery’s active materials. This is true battery charging of all chemistries, including those mentioned In this blog: lead-acid, nickel-metal hydride, nickel-cadmium and lithium-ion variants. In this blog, we will be discussing the optimum charging procedures for 12volt batteries.
As a general rule there are three main types of charging:
• Constant Voltage (CV)
• Constant Current (CC)
• Constant power (taper charging)

Tous les profils de charge et tous les équipements de charge utilisent des variantes, souvent en combinaison, de ces méthodes de base.
Le taux de charge de la batterie dépend du nombre d’électrons qui circulent par seconde (courant) dans la batterie. La vitesse du débit électrique comme celle de la lumière est fixe, donc pour augmenter le taux de charge de la densité actuelle ou le nombre d’amplis qui coulent par seconde doit augmenter. Si la force poussant les électrons dans le AM est augmentée c.-à-d. la tension, alors le flux des électrons est augmenté. Volts plus élevés = plus d’amplis.

La tension et la résistance interne des différents types de batterie dépendent de leur chimie et les tensions de charge varieront en conséquence. Dans ce blog, nous allons considérer la batterie au plomb-acide, batterie lithium-ion, batterie Nickel Cadmium et Nickel Metal Hydride chimies batterie.

En commençant par l’acide plomb, nous pouvons décrire les réactions chimiques qui stockent et déchargent les électrons, décrits comme la « théorie du sulphate double »

  • PbO2 + Pb + 2H2SO4 = 2PbSO4 + 2H2O…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Dans cette réaction, l’électrolyte, dilué de l’acide sulfurique, est converti en eau car il réagit avec les plaques positives et négatives pendant la décharge. La plaque négative est oxydée car elle abandonne les électrons pour former du sulfate de plomb et le positif est réduit de l’oxyde de plomb au sulfate de plomb car il accepte les électrons pour convertir le dioxyde de plomb en sulfate de plomb. Pendant ce temps, la production d’eau provoque la dilution de l’électrolyte acide et une réduction de la différence potentielle entre les plaques. Cela produit un SG électrolyte inférieur et une tension inférieure de la batterie. Sur la charge de la batterie, cela est inversé. Ces deux paramètres, la tension de la batterie et l’électrolyte SG, sont donc des mesures de l’état de charge d’une batterie au plomb et à l’acide.

La charge de batterie d’un acide plomb de 12 volts nécessite une tension supérieure à la tension de repos de la batterie lorsqu’elle est entièrement chargée, qui se situe normalement entre 12,60 et 12:84 pour une nouvelle batterie inondée et de 12:84 à 13,08 pour une nouvelle batterie VRLA. Il existe quatre variantes de base des batteries au plomb et à l’acide : plaque plate inondée, tubulaire inondée et les versions VRLA qui sont AGM (plaque plate) et GEL (principalement tubulaire). Les types de batterie, leurs applications et les méthodes de charge associées sont donnés dans le tableau 1.

Battery Type Normal battery charging method
Lead acid battery flat plate flooded type charging method Constant current taper charging
Constant current/constant voltage taper charging
Constant voltage taper charging
Lead acid battery tubular plate flooded charging method Constant current taper charging
Constant current/constant voltage taper charging
Constant voltage taper charging
Lead acid VRLA Battery (AGM SMF) charging method Constant current / Constant voltage charging
Constant voltage charging
Constant current / constant voltage charging with pulse
Lead acid tubular gel VRLA battery charging method Constant current / Constant voltage charging
Constant voltage charging
Constant current / constant voltage charging with pulse
Nickel Cadmium battery charging method Constant current slow with timer no control
Constant current with dT/dT cut-off
Constant current with -dV/dT cut-off
Lithium ion battery charging method Constant current with final current cut-off
Constant current with voltage cut-off
Constant voltage with final current cut-off

Tableau 1 – différents types de batteries et méthodes de charge de batterie pertinentes de différents types de chimies de batterie

  • CC = constant current
  • CV = constant voltage
  • dT/dt = temperature slope
  • -dV/dt – negative voltage slope

The charging methods listed, are described as follows:

  • Constant current charge
    In this type of charging, the voltage rises as the battery charging becomes complete. The current is limited to a value which keeps the battery voltage and temperature to low levels. Generally, there is a timer to switch off the charger to prevent excessive gassing and water loss and reduce positive grid corrosion Fig. 1a. This charging method is unsuitable for sealed or low maintenance flooded lead-acid batteries.
  • Tension constante, charge de cône limitée au courant
    Avec une charge limitée en tension, le problème de l’évolution du gaz est minimisé, voire éradiqué. Dans Fig.1b nous voyons que la tension atteint un pic, généralement entre 13,38 et 14,70 volts pour une batterie de 12 volts. Il est clair que le courant diminue rapidement une fois que la tension de charge maximale est atteinte. Ce type de charge prend généralement beaucoup de temps en raison des faibles niveaux de courant dans la dernière étape de charge. Il est généralement utilisé pour UPS ou la puissance de secours où il ya de longues périodes de charge.
  • Charge de taper
    Il s’agit de la forme la plus simple du chargeur, généralement à base de transformateur, qui donne une puissance constante de sortie c’est-à-dire watts. Le courant diminue à mesure que la tension augmente, ce qui maintient une entrée de puissance constante à la batterie. Fig.1c montre une courbe typique où le courant s’éteint à mesure que la tension de la batterie augmente. L’EMF arrière augmente également avec l’état de charge SOC ce qui signifie que le courant va tomber à des niveaux très bas que la batterie est incapable de tirer plus de puissance.
  • Ce type de chargeur n’est pas adapté aux batteries sans entretien scellées au plomb, car la quantité de gaz générée dépend de la tension de la batterie. Dans ce cas, des tensions de charge pouvant atteindre 16 ou 17 volts pourraient être atteintes, ce qui entraînerait une évolution sérieuse du gaz et ouvrirait la vanne de soulagement de la pression avec une perte d’eau subséquente.
Fig 1. Le principe de base du test de la batterie EFB est affiché schématiquement
Fig 1 Profils de charge de batterie
Charge correcte d’une batterie - Fig 2
Fig – 2 Charge de batterie à impulsions limitée à la tension
  • Charge limitée en courant à deux étages et tension
    Un autre profil de charge populaire est montré dans Fig. 1d. Avec cela, la tension est autorisée à augmenter dans la phase de vrac jusqu’à ce qu’il atteigne la tension de gazage. Le courant tombe alors à un niveau fixe bas pour réduire la tension qui monte progressivement au niveau de gazage. En général, il y a un délai lié au temps de chargement initial de la phase en vrac. Cela permet une période de gazage fixe et une entrée d’ampère-heure fixe basée sur l’état de charge de la batterie
Fig 2 Charge de la batterie à impulsions limitées de tension
Fig 3 algorithme de charge de batterie typique pour une cellule Li-ion
Fig 3 Algorithme de charge de batterie typique pour une batterie lithium-ion
Fig 4 Courbes de charge typiques pour Ni-Cad a) et NiMH b) cellules
  • Charge en vrac limitée par la tension avec l’égalisation de l’impulsion de courant constant.
    Fig. 2 est une représentation d’une méthode commune de charge d’impulsion. Cela est généralement bénéfique pour les utilisateurs de batteries VRLA qui ont un temps limité pour recharger complètement leurs batteries. Dans cette méthode, il y a à la fois une phase CC et CV où la majeure partie de la charge est appliquée.
  • L’impulsion est généralement un courant de 10 à 20 secondes avec restriction de tension suivie d’une pause de quelques minutes. Parce que la tension est à la traîne par rapport au courant, qui a une durée limitée, il n’atteint pas les niveaux de pointe avant de mourir. De cette façon, l’évolution du gaz est limitée et le temps de pause entre les impulsions actuelles permet aux gaz de se recombiner à l’eau, empêchant l’assèchement.

Jusqu’à présent, les commentaires visaient les batteries au plomb et à l’acide. Le chargement des batteries Li-ion, NiCd et NiMH nécessite différents algorithmes de charge de batterie à celui d’une batterie au plomb- acide. À partir de la batterie lithium-ion le point immédiat à noter est qu’il ya différentes tensions de charge pour différentes cathodes Li-ion. Un Lithium-ion -FePO4 fonctionne à 3. 2V par cellule tandis qu’un Li-Co est 4.3v par cellule. Cela signifie que vous ne pouvez pas utiliser le même chargeur pour ces deux batteries.

Cependant, le principe général est le même pour tous les types de batteries lithium-ion et très différent d’une batterie au plomb-acide. Comme il n’y a pas de réaction chimique pendant les processus de charge et de décharge, le transfert est rapide à des vitesses très élevées limitées par la sortie du chargeur ou le BMS (Système de gestion de la batterie). En règle générale, entre 0,1C et 1C à courant constant avec une coupure de tension sont communs. La figure 3 montre un profil de charge typique pour une cellule li-ion. La période de charge peut également être terminée lorsqu’un courant minimum est atteint autour de 2-3% de la valeur ampère 1C.

NiMH et NiCd ont également des modèles de charge différents et des réponses très différentes à la charge, à la fois à d’autres chimies et aussi les uns aux autres. La figure 4 montre un modèle de charge typique pour le Ni-Cad a) et NiMH b). Bien que les deux variantes de nickel aient la même tension de repos et de fonctionnement, la tension de charge peut varier considérablement. Un chargeur pour les deux types ne peut pas compter sur la tension comme mécanisme de terminaison de charge. Pour cette raison, les chargeurs utilisent simplement un chargeur de courant constant d’un ou deux étages avec une terminaison basée sur le temps, la pente de tension et le changement de température de la pente. L’examen des caractéristiques de charge montre qu’il y a à la fois une élévation de température et une baisse simultanée de la réponse de tension lorsque la charge atteint 100 %.

Ces caractéristiques sont utilisées pour déterminer la fin de la charge. Puisque la tension absolue varie avec la température et est différente pour les deux types de cellules. L’apparition de la pente de tension négative (-dV/dt) ou l’augmentation rapide de la pente de température (dT/dt), sont les caractéristiques les plus couramment utilisées. Si une méthode de synchronisation est utilisée, le courant devrait être très faible pour prévenir la surcharge et la perte d’oxygène. Dans certains cas, en particulier avec des cellules ou des piles déséquilibrées, il est préférable de se décharger à 0,9-1,0 volts par cellule avant de charger en utilisant la méthode de minuterie.

Charge de batterie, pouvez-vous surcharger votre batterie 12V?

Dans toutes ces chimies, la surcharge peut créer des dommages ou des risques pour la sécurité. Dans le cas des batteries au plomb, les tensions de surcharge sont limitées et l’excès de courant est dissipé dans la dégradation de l’eau, la libération d’hydrogène et d’oxygène et la création de chaleur. L’augmentation du courant n’augmentera pas la tension, elle augmentera le gazage et le taux de perte d’eau et provoquera une hausse de température. Une certaine surcharge est tolérée en particulier lorsque la cellule ou la batterie est nécessaire.

Pour les batteries lithium-ion, la surcharge est difficile en raison de la BMS incorporée dans la batterie. Cela coupera l’alimentation en courant une fois que la tension de terminaison est atteinte, ou la température devient trop élevée. Il s’agit d’une précaution nécessaire car les cellules li-ion contiennent un électrolyte volatil qui sera libéré à des températures plus élevées. C’est la vapeur de l’électrolyte qui prend feu dans les batteries li-ion rendant la surcharge très dangereuse. Les batteries NiCad et NiMH ne doivent pas être surchargées car elles perdront de l’oxygène et donc de l’électrolyte, même s’il s’agit des versions scellées.

There are several indicators of a battery’s SOC: the rest voltage measured at its terminals, the specific gravity of the electrolyte (flooded open batteries) or the impedance value. They are different for each battery chemistry, and for this reason, it is best to look at each type separately:
1. Lead-acid.
Specific gravity.
The reaction of the plates with sulphuric acid on charge and discharge determines the ratio of acid to water in a cell.

Lorsqu’elle est chargée, la concentration d’acide sulfurique est élevée, lorsqu’elle est rejetée, elle est plus faible (eq. 1). Parce que la densité de l’acide est de 1,84 et celle de l’eau est 1 la gravité spécifique, SG de l’électrolyte augmente sur la charge et diminue sur le déchargement.
La réaction a une relation de premier ordre qui signifie que le changement de concentration est linéaire de sorte que la mesure du SG donne une indication directe du SOC de la batterie, Fig. 5.

Figure 5 Variation de tension et sg avec SOC pour une batterie acide de plomb de 12V
Fig 5 Variation de tension et SG avec SOC pour une batterie acide de plomb de 12 V
Fig 6 Méthode pour prendre correctement une lecture hydrométrique
Fig 6 Méthode pour prendre correctement une lecture hydrométrique

Une note de prudence: cela ne s’applique pas lorsque la charge de la batterie est en cours et dans la phase de pré-gazage en vrac. Sans agitation électrolytique, l’acide plus dense produit sur la charge coulera, laissant la majeure partie de l’électrolyte plus diluée jusqu’à ce qu’une tension de 2,4 volts par cellule soit atteinte. À partir de ce moment, le gaz évolué aux plaques créera une action d’agitation pour mélanger l’acide.

Tension de repos: Cela peut être une indication de SOC et liée à la gravité spécifique de la cellule dans la relation suivante:

  • Volts de repos = SG + 0,84 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

À titre d’exemple, une cellule 2V d’une gravité spécifique de 1.230 aura une tension de repos de 1.230 + 0.84 = 2.07 volts

L’utilisation de cette relation peut donner une indication raisonnablement précise de la batterie SOC, cependant, différentes batteries ont des plages de fonctionnement différentes pour SG et donc l’état supérieur de charge d’un SG VRLA pourrait être 1,32 par rapport à un OPzS avec un SG supérieur de 1,28. La température affecte également le SG et donc la tension cellulaire. L’effet de la température sur la tension du circuit ouvert est donné dans le tableau 2.

Un autre facteur est que les piles fraîchement chargées ont une forte concentration d’acide à côté des plaques en raison de la formation d’acide sulfurique sur une charge. C’est pourquoi la tension après la charge reste élevée pendant un certain temps peut-être jusqu’à 48 heures avant de s’installer à une valeur constante. À moins qu’une décharge courte ne soit faite à la batterie, elle doit alors se reposer pour permettre l’égalisation de la concentration d’acide avant de prendre une lecture de tension.

Outils nécessaires à la mesure du SOC
Il s’agit d’un voltmètre DC ou d’un multimètre pour les mesures de tension et d’un hydromètre pour la lecture de gravité spécifique.
Pour les cellules inondées, autres qu’un test de décharge, l’hydromètre est la meilleure méthode pour déterminer l’état de charge. L’utilisation d’un hydromètre prend une certaine pratique et doit être fait très soigneusement. La procédure consiste à placer la batterie dans une position appropriée afin que la lecture de l’hydromètre puisse être prise au niveau des yeux (fig. 6 ci-dessus).

Pour les piles scellées, il n’est pas possible d’utiliser un hydromètre de sorte qu’une mesure des volts de repos est la seule option. Cette méthode s’applique aux batteries à l’acide au plomb scellées et inondées.
Pour cela, le multimètre doit être réglé à une tension maximale appropriée pour s’assurer qu’il peut lire plus de 12 volts, mais aussi produire au moins 2 décimales de précision. Utilisation eq. 2, la tension peut être utilisée après réglage de température, pour estimer le SG et donc le SOC de la batterie, à condition que la valeur SG du fabricant pour la batterie entièrement chargée sont connues.

Dans les deux cas d’utilisation de la tension ou d’un hydromètre pour mesurer l’état de charge, SOC, il est nécessaire d’appliquer une compensation de température. Le tableau 2, fourni par le BCI, donne les ajustements appropriés pour les relevés de compteur d’hydromètre et de tension.

Tableau 2 Compensation pour les lectures de gravité et de tension spécifiques à l’électrolyte avec température

Electrolyte Temperature Fahrenheit (°F) Electrolyte Temperature Celsius (°C) Add or Subtract to Hydrometer's SG Reading Add or Subtract to Digital Voltmeter's Reading
160° 71.1° +.032 +.192 V
150° 65.6° +.028 +.168 V
140° 60.0° +.024 +.144 V
130° 54.4° +.020 +.120 V
120° 48.9° +.016 +.096 V
110° 43.3° +.012 +.072 V
100° 37.8° +.008 +.048 V
90° 32.2° +.004 +.024 V
80° 26.7° 0 0 V
70° 21.1° -.004 -.024 V
60° 15.6° -.008 -.048 V
50° 10° -.012 -.072 V
40° 4.4° -.016 -.096 V
30° -1.1° -.020 -.120 V
20° -6.7° -.024 -.144 V
10° -12.2° -.028 -.168 V
-17.6° -.032 -.192 V

2. Li-ion, NiMH et NiCd.
Pour toutes ces chimies, la mesure SOC présente de sérieux défis. Tous ont une courbe de décharge très plate avec une très petite différence de tension entre l’état entièrement chargé et l’état déchargé. Les réactions charge-décharge dans les cellules NiCd et NiMH ne modifient pas sensiblement le SG de l’électrolyte et toutes les chimies Li-ion fonctionnent avec des cellules complètement scellées. Cela rend les contrôles statiques ou aléatoires sur une batterie en service presque impossible, certainement pour un utilisateur non professionnel. L’état actuel de l’état de charge, les mesures SOC pour ces chimies sont basées sur des lectures dynamiques prises au cours de leur opération.

Ils peuvent être basés sur le compte ampère-heure, la réponse de tension aux courants de décharge ou même les impulsions de courant constant. L’équipement de mesure est habituellement intégré dans des dispositifs coûteux ou sophistiqués tels que des véhicules électriques ou des machines industrielles, où il est nécessaire de connaître le temps de course disponible. Dans les équipements moins sophistiqués tels que les outils électriques à main, remarquer l’arrêt de l’outil ou fonctionner moins rapidement est la seule indication disponible.

Il existe des testeurs de spectromètre d’impédance disponibles dans le commerce qui mesurent l’impédance interne d’une batterie pour prédire son état de charge. Ces appareils dépendent d’un algorithme basé sur le test de centaines de batteries dans différents états de charge et de différents âges pour prédire le SOC. Les résultats sont spécifiques à la chimie et à l’âge d’une batterie particulière. Plus il y a de tests qui ont été effectués pour rendre l’algorithme précis, plus l’algorithme est précis.

Pendant la recharge de la batterie, pouvez-vous surcharger une batterie?

Toutefois, vous décidez de mesurer l’état de charge il ya des règles qui s’appliquent à tous les types de batterie. Il s’agit d’éviter la sur-décharge d’une batterie qui peut causer des cellules individuelles d’être endommagés en les faisant entrer en marche arrière, même d’avoir des tensions négatives. La surcharge est moins nette que dans le cas de l’acide de plomb, il est parfois nécessaire de le faire pour égaliser les cellules ou les batteries individuelles dans une banque. Cependant, une surcharge excessive entraîne une perte d’eau et la corrosion des plaques positives, ce qui réduit la durée de vie de la batterie.

Pour les batteries à base de nickel, la perte d’eau est le problème le plus courant, ce qui entraîne une réduction de la durée de vie. Dans le cas des chimies de lithium, il est généralement impossible de surcharger en raison de la BMS incorporée qui coupe automatiquement l’entrée de courant à une tension pré-réglée. Dans certaines conceptions, il y a un fusible intégré qui empêche la surcharge. Cependant, cela rend généralement la batterie irréversiblement inutilisable.

Charge de la batterie, surchargez-vous comment l’éviter?

La décision de recharger une batterie dépend des circonstances d’utilisation et du degré de décharge. En règle générale pour toutes les chimies, la batterie ne doit pas descendre en dessous de 80% DOD afin de maximiser sa durée de vie. Cela signifie que le SOC final de la batterie doit être calculé du point de mesure à la fin de son fonctionnement quotidien. Si, par exemple, le SOC est de 40% au début de l’opération et qu’il utilisera 70% de sa capacité d’ici la fin de l’opération, la batterie doit être rechargée avant de lui permettre de continuer.

Pour prendre cette décision, il est nécessaire de déterminer la capacité restante ou le temps d’exécution restant dans une batterie. Ce n’est pas simple car la capacité de la batterie est déterminée par le taux de décharge. Plus le taux de décharge est élevé, moins la capacité est disponible. Les piles au plomb sont très sensibles à cela, comme le montre la figure.8.

Les batteries à base de Li-ion et de NiCd ont des capacités réduites à des taux de décharge plus élevés, mais elles ne sont pas aussi prononcées que l’acide de plomb. Fig. 9 montre l’effet de 3 taux de décharge différents sur la capacité disponible d’une batterie NiMH. Dans ce cas, 0,2 C (tarif de 5 heures), 1C (tarif de 1 heure) et 2C (tarif de 1/2 heure).

Dans tous les cas, le profil de tension reste très plat mais à un niveau réduit jusqu’à la fin de la période de décharge lorsque la tension s’effondre soudainement.

Figure 8 Effet du taux de décharge sur la tension d’extrémité et la capacité des batteries au plomb
Fig 7. Effet du taux de décharge sur la tension d’extrémité et la capacité des batteries au plomb
Figure 9 Variation du temps de fonctionnement et de la tension avec taux de décharge pour les batteries d’hydride nickel métal
Fig 8. Variation du temps de fonctionnement et de la tension avec débit de décharge pour les batteries NiMH

Charge de la batterie - calcul de la charge de la batterie et des temps de décharge

Calcul des temps de charge et de décharge de la batterie
Pour établir le temps de décharge d’une batterie dans un état de charge particulier, le courant tiré et la capacité de la batterie à un taux de décharge particulier doivent être connus. Le temps de fonctionnement peut être calculé à peu près à l’aide d’une règle de base pour chaque chimie de la batterie.

Connaître la capacité effective à un taux de décharge particulier permettra de prévoir le temps d’exécution comme suit :

Capacité standard de la batterie (heures d’ampli) = C
Courant de décharge (amps) = D
Facteur de décharge = D/C = N
Taux de décharge (amps) = NC
Capacité au taux de décharge D (heures d’amp) = CN
Temps de décharge pour une batterie entièrement chargée (heures) = CN /D
En utilisant l’estimation de l’état de charge en pourcentage, le temps d’exécution peut être calculé :
Durée = % état de charge x CN /(100xD) = heures

Le calcul du temps de charge est complexe car il dépend de l’état de charge de la batterie, le type de batterie, la sortie du chargeur et le type de chargeur. Il est nécessaire de connaître l’état de charge de la batterie pour déterminer les ampères-heures qui doivent être mis dans la batterie pour le recharger. La vitesse à laquelle cela se produit dépend de la cote du chargeur et de la façon dont il se charge. Il est clair qu’une batterie li-ion peut se recharger en quelques heures à partir de complètement plat si le chargeur a une sortie suffisante.

Une batterie étanche à l’acide au plomb avec limitation sur la sortie du chargeur prendra beaucoup plus de temps en raison de la restriction de tension et de la réduction du courant dans la phase de gazage. Une fois l’état de charge déterminé, vous pouvez calculer le nombre d’ampères-heures nécessaires pour être remis dans la batterie. Connaître les caractéristiques du chargeur aidera à faire le calcul du temps en fonction de la vitesse à laquelle il se chargera en gardant à l’esprit le modèle de charge utilisé.

Un autre facteur est la température ambiante (conditions météorologiques) qui affecte la tension sur charge et le courant tiré par le chargeur. Des températures plus élevées feront baisser la tension de charge mais aussi augmenter le courant tiré. Pour les batteries en charge de flotteur, il est nécessaire d’appliquer une compensation de tension avec la température. Microtex peut donner des conseils sur l’ajustement requis lorsque les températures varient considérablement de la norme 25°C.

Derniers mots sur la charge de la batterie!

Corriger la charge de la batterie et connaître son état de charge n’est pas simple. Souvent, les piles sont achetées sans conseil ni service de sauvegarde auprès du fournisseur. C’est pourquoi il est important d’acheter auprès d’un fournisseur réputé qui accorde la priorité à la satisfaction du client. Pour obtenir des conseils sur toute maintenance ou installation de charge de batterie, le meilleur plan d’action est de contacter un fournisseur professionnel de confiance.

Comme toujours, Microtex, un fabricant international de batteries de longue date avec un dossier de satisfaction client irréprochable est toujours à portée de main pour vous aider. Ils sont l’une des rares entreprises qui ont les connaissances et les produits pour fournir et entretenir des batteries pour pratiquement toutes les applications industrielles et de consommation. Si la recharge de votre batterie permet de réduire votre batterie, contactez les personnes qui ne le feront pas.
Pour toute la charge de la batterie, les choses entrent en contact avec Microtex.

Retour haut de page